Conservation préventive des tapisseries, textiles et tapis d'Aubusson

32 Rue Vaveix 23200 AUBUSSON - La Tapisserie d'Aubusson, inscrite par l'UNESCO en 1999 - Patrimoine immatériel de l'humanité

La restauration et conservation des oeuvres textiles anciennes est affaire de spécialistes à tous les niveaux de l’entretien, à commencer par leur nettoyage. Cette intervention est primordiale. De toutes les interventions classiques de conservation-restauration, c’est d’une certaine manière la seule qui puisse causer des dégâts irréversibles sur l’oeuvre.
Les teinturiers ou pressings, malgré leurs multiples compétences en matière de nettoyage, ne peuvent connaître tous les différents problèmes liés au nettoyage de tapisseries anciennes ou modernes, comme la fragilité des soies, les colorants mal fixés.

Seul un atelier de conservation est en mesure de réaliser les tests préalables nécessaires, tests qui permettront d’éviter de graves problèmes, comme les pertes de fibres importantes ou les inconvénients liés aux couleurs qui dégorgent et peuvent dénaturer une oeuvre moderne.

Il est intéressant d’ expertiser une tapisserie  pour faire un constat de son état général : degré d’encrassement, qualité des fibres, usure, etc.

Pour toute demande d’expertise, prenez contact avec nous.

Voici, en quelques lignes, le mode opératoire du traitement en conservation d’une tapisserie du 16e siècle, d’origine flamande, tissée à Bruxelles par l’atelier de E. Panemaker vers 1550-1570, pour laquelle, en accord avec le collectionneur, nous avons établi un plan de traitement de conservation rigoureuse pour toutes les parties d’origine et mis au point un traitement de reconstitution-restitution pour six zones lacunaires de plusieurs dizaines de cm2, dans le but de retrouver pour l’ensemble de la pièce, équilibre géométrique et harmonie esthétique.

AVANT CONSERVATION

AVANT CONSERVATION

APRES CONSERVATION

APRES CONSERVATION

Comme pour toute pièce qui entre dans nos ateliers de restauration:
Prises de vue en l’état sur l’endroit et l’envers de la tapisserie, plans larges et détails.
Prise de dimensions.
Dépose des anciennes toiles de doublage.

Dépose du système d’accrochage encore trop souvent assuré par des anneaux.
Micro-aspiration de la tapisserie sur ses endroit et envers.

Tests de bonne tenue des colorants, notamment pour des tapisseries anciennes restaurées au 19e siècle (couleurs très migrantes au contact de l’eau et très sensibles aux rayons ultra-violets).
Nettoyage de l’œuvre en milieu aqueux à l’aide de détergent spécifique non agressif qui préserve la qualité textile et les couleurs ; le nettoyage est réalisé à plat, le tout reposant sur un sommier perforé,  aucune action mécanique directe.
Rinçage à l’eau adoucie. Séchage par air ventilé entre 23° et 28°.

A la suite du nettoyage de tapisseries, de nouvelles photographies sont réalisées.

Ce n’est qu’après ce premier traitement que l’étude détaillée peut commencer :
Etat desfibres de laine (mitages, accidents, oxydation de certains coloris notamment les bruns).
Etat des trames tissées en soie (en assez grande quantité sur toutes les pièces tissées depuis le 16e siècle) ; selon les cas, elles sont de belle facture ou plus ordinaires , endommagées par de mauvais traitement de teinture ou  » fusées « , brûlées. Trop exposées aux rayons ultra-violets, les soies brûlées partent en poussière au simple toucher et provoquent la rupture franche des trames.
Etude des coutures de relais (coutures réalisées après le tissage pour assurer la liaison de coloris différents qui n’ont pas été fermées par des liures spéciales). Ces coutures sont d’autant plus nombreuses que le dessin est riche et très varié en teinte.
Etude de l’usure générale et des anciennes restaurations ou reprises grossières qui peuvent être devenues gênantes et troublent la lisibilité de certains dessins. Les plus disgracieuses peuvent être dérestaurées pour laisser place à un travail plus approprié, plus léger, facilement réversible.

 

putti 2 (2) (Copier)

Après ces quelques données techniques, revenons à notre tapisserie de Bruxelles, faisant partie des séries des
Enfants jardiniers et Jeux d’enfants.
Ces pièces sont devenues rares, beaucoup d’entre elles ayant disparu. Seuls quelques musées ou collectionneurs privilégiés en possèdent à travers le monde. Ces œuvres textiles sont connues et répertoriées.

Il est probable que cette tapisserie n’était jamais entrée dans un atelier spécialisé ;

elle avait fait, tout au plus, l’objet de

« traitements  ménagers « .

putti 2 (3)

– Encrassement important des fibres, mais qui laisse deviner des coloris plutôt frais pour une œuvre de plus de 400 ans.

– Divers petits accidents tout autour de la tapisserie.
– Galon de soie endommagé.
– Galon bleu de pourtour en partie ruiné (sans doute par les nombreux cloutages en boiserie).
– Petites reprises grossières.
– Surcharges de laine.
– Petits mitages.
– Laines brunes oxydées.
– Mais surtout, six lacunes importantes de plusieurs cm2, principalement situées dans le bas des deux bordures verticales, ainsi que  deux autres lacunes en bas et au centre du panneau.
– De nombreuses coutures de relais rompues.
– Absence de toile de soutien.

Le traitement de l’usure

Le traitement de l’usure s’est opéré par technique de repiquage de points léger, en ayant pris soin au préalable de mettre en place sur l’envers de la tapisserie un textile en lin décati débarrassé de ses apprêts. Ce sommier contribue à la réalisation des différents points de soutien et laisse sur l’envers de la tapisserie une lisibilité précise de toutes les zones traitées.

 

Le traitement des zones lacunaires

Cette manière de procéder peut s’appliquer à peu près à toutes les zones d’usure. Cependant, elle ne convient pas lorsqu’il s’agit de traiter des zones lacunaires importantes. Dans ce cas de figure, trois possibilités sont envisageables:

La première consiste au rechaînage des lacunes. Il s’agit de remettre en place les fils qui servent au support des trames dans le but de les retisser. Cette solution classique en restauration traditionnelle n’a pas été retenue pour cette pièce, car ce travail de rechaînage aurait endommagé le tissage très serré et, le plus important au cas présent, cette façon de procéder n’est que difficilement réversible.
La seconde solution est uniquement conservatoire. Elle consiste à teindre des éléments textiles qui sont fixés par coutures afin de combler les lacunes. Cette procédure est tout à fait intéressante, mais donne, selon les cas, des résultats esthétiques inégaux. Nous ne l’avons pas retenue.

 

Notre choix s’est arrêté à une reconstitution la plus rigoureuse possible des parties manquantes, par leur retissage en basse lisse. Les bordures, par chance, présentaient un décor répétitif, quasi identique d’une bordure à l’autre et ce, sur toute la hauteur, soit 2,60 m. Il a donc été possible de pratiquer des relevés précis des zones dont nous avions besoin et de créer un carton (modèle) qui a servi au tissage de ces zones lacunaires. Les fils de laine et de soie ont été confiés aux bons soins du maître coloriste aubussonnais, Thierry Roger, qui a réalisé les teintures nécessaires à partir des éléments textiles d’origine.

Ce travail de reconstitution achevé, il ne reste plus qu’à le mettre en place par points de couture. Ce traitement complexe a donné de très bons résultats et a pour avantage d’être, si besoin était, dérestauré en quelques minutes. De plus, il n’altère en rien le tissage original, n’y étant que légèrement lié.

Cette approche de conservation a permis un vrai travail de consolidation de l’ensemble et a apporté, de surcroît, un résultat esthétique très satisfaisant. Il a également redonné à l’œuvre équilibre géométrique et parfaite lisibilité.

Cestravaux deconservation de tapiseries et tapis ont nécessité plus de 200 heures de travail, entre réflexion et exécution.


Nous remercions très chaleureusement le collectionneur privé qui nous a fait confiance et nous a suivis dans notre réflexion de restaurateur.

CONTACTEZ-NOUS

Pour tous renseignements, devis, informations, n’hésitez pas à nous contacter par mail ou par téléphone :
jmdor23200@gmail.com
05.55.66.54.08